​​LES ADRESSES

Localisation Roermond:

Gynaikon Klinieken

Bredeweg 239

NL-6043 GA Roermond, Pays Bas

(-1ème etage)

Situé dans 'Medisch Centrum Bredeweg'

Itinéraire >>

​Localisation Rotterdam:

Gynaikon Klinieken

Strevelsweg 700 (Unité 204)

3083 AS Rotterdam, Pays Bas

(2ème etage, no. 204)

Situé dans 'Verzamelgebouw Zuid'

Itinéraire >>

HEURES D'OUVERTURE

Pour consultations et traitements:

Roermond: lundi, mardi et samedi.

Rotterdam: du lundi au vendredi

Les traitements et les consultations initiales sont exclusivement sur rendez-vous. Fixer un rendez-vous par téléphone ou émail.

OFFICE

​​

Accessible pour informations et rendez-vous

Du lundi au vendredi de 8h30 à 17h00

Samedi de 8h30 à 12h00

Gardez votre numéro d'identification à portée de main

Tel: +31 (0)88 8884444

Email: info@gynaikon.nl

Contact form >>

Les traitements et les consultations initiales sont exclusivement sur rendez-vous.

​AGB code: 49-493202

Membre de: Werkgroep Anticonceptie Nederland, NGvA, ESC(RH) et de la
Dutch Menopause Society.

La durée de la grossesse est calculée à partir du premier jour des dernières règles ou au moyen de données de mesure échographiques. 

Si vous ne savez pas à combien vous en êtes avec votre grossesse, vous pouvez prendre un rendez-vous à court terme pour une échographie.

Pilule abortive jusqu’à 9 semaines

Avortement au premier trimestre / avortement médicamenteux

Il est possible d’interrompre une grossesse avec une pilule dite abortive. Ceci est possible jusqu’à neuf semaines de grossesse. Pour ce traitement, vous prenez deux médicaments : au 1er jour et au 2ème ou 3ème jour. Le premier médicament (la pilule abortive Mifegyne®) fait en sorte que la grossesse ne se poursuive pas, dans la plupart des cas.  Le deuxième médicament (Cytotec®) entraîne un saignement grâce auquel vous perdez les restes de grossesse. 
            

Aspiration curetage 5 à 13 semaines

Avortement au premier trimestre  

Jusqu’à env. 13 semaines, une aspiration curetage est possible. Vous pouvez choisir entre une anesthésie locale et une anesthésie générale. Lorsque vous avez choisi l’anesthésie générale, vous êtes d’abord endormie. Lorsque vous avez choisi une anesthésie locale, vous ressentez surtout les piqûres de l’anesthésie, puis éventuellement encore des crampes comme lors des règles. Parfois, il est nécessaire que vous preniez des comprimés de prostaglandine une heure avant l’intervention, afin d’assouplir le col de l’utérus. L’intervention dure de 5 à 10 minutes. Lorsque vous avez choisi l’anesthésie générale, le médecin vous réveille immédiatement après l’intervention. Après l’intervention, vous restez environ 1 heure dans la clinique à des fins de contrôle. 

  

Avortement 13 à 18 semaines

Avortement au second trimestre – 13 à 18 semaines

À partir d’env. 13 semaines, vous subissez un avortement instrumental. Vous pouvez choisir entre une anesthésie locale et une anesthésie générale. Lorsque vous avez choisi l’anesthésie générale, vous êtes d’abord endormie. Lorsque vous avez choisi une anesthésie locale, vous ressentez surtout les piqûres de l’anesthésie, puis éventuellement encore des crampes comme lors des règles. Parfois, il est nécessaire que vous preniez des comprimés de prostaglandine une à quelques heures avant l’intervention, afin d’assouplir le col de l’utérus. En fonction de la durée de la grossesse, la durée de l’intervention varie de 10 à 20 minutes. Lorsque vous avez choisi l’anesthésie générale, le médecin vous réveille immédiatement après l’intervention. En fonction de la durée de la grossesse, vous restez environ 1 heure dans la clinique après l’intervention à des fins de contrôle. 

Informations complémentaires

Jusqu’à une grossesse d’environ 15 semaines, vous pouvez faire placer un stérilet à l’issue de l’intervention. 

  

Si votre groupe sanguin et votre facteur Rhésus ne sont pas connus, nous les déterminons. Lors d’une interruption de grossesse notamment, le facteur Rhésus est important ; c’est pourquoi nous devons savoir si celui-ci est positif ou négatif. En cas de facteur Rhésus négatif, nous administrons une injection d’anticorps immédiatement après l’intervention. 

  

Si vous avez subi une anesthésie générale, vous ne devez pas prendre une part active à la circulation pendant 24 heures. 

 

Risques de complications

Le risque d’une complication durant ou après l’intervention est extrêmement faible. Les complications possibles peuvent être : une perte de sang excessive ou un endommagement de l’utérus. Dans ce cas, un traitement complémentaire dans un hôpital général peut s’avérer nécessaire (< 0,2%). 

En outre, il peut arriver qu’une grossesse récente ne soit néanmoins pas terminée ou que des tissus résiduels soient restés dans l’utérus. Dans ce cas, le médecin peut décider qu’un traitement supplémentaire ou un curetage est nécessaire. 

  

En règle générale, le traitement n’a pas d’influence négative sur les grossesses suivantes. Vous pouvez attendre les règles suivantes de 4 à 6 semaines après l’avortement. 

Parfois, vous pouvez réagir de manière émotionnellement instable pendant quelques jours jusqu’à des semaines, du fait des changements hormonaux s’effectuant dans votre corps.

Lorsque vous rencontrez des problèmes avec l’acceptation de l’interruption de grossesse, nous vous accompagnerons volontiers dans la recherche d’une aide psychique appropriée.

 

Vous pouvez également prendre contact avec la FIOM, une institution qui propose des aides pour l’acceptation de l’avortement.  Cliquez sur www.fiom.nl pour plus d’informations.  

Période après le traitement d’avortement

En règle générale, le traitement n’a pas d’influence négative sur les grossesses ultérieures. Après le traitement, vous recevez une ordonnance pour des antibiotiques. Vous allez rapidement vous sentir à nouveau bien physiquement. Il se peut néanmoins que vous souffriez pendant quelques jours de tension mammaire, de pertes de sang ou de maux de ventre. Si nécessaire, vous pouvez prendre un antidouleur. Vous pouvez attendre les règles suivantes de 4 à 6 semaines après l’avortement. 

Lorsque les seins sont tendus et douloureux après le traitement, ou s’il est question de congestion, il est préférable de porter un soutien-gorge bien ajusté.  Ne massez surtout pas les seins. Des compresses de glace peuvent également aider. Éventuellement en cas de douleur, vous pouvez prendre un antidouleur. Lorsque du lait s’écoule des mamelons, il est possible de freiner cette sécrétion. En raison des effets secondaires, nous ne prescrivons pas d’office ces médicaments. Prenez à cet effet contact avec votre propre médecin.  

 

Durant les deux premières semaines après le traitement/l’intervention, vous ne pouvez pas utiliser de tampons hygiéniques, nager, prendre de bain (la douche est autorisée bien entendu) ni avoir de rapports sexuels. 

 

Réaction émotionnelle

Parfois, vous pouvez réagir de manière émotionnellement instable pendant quelques jours jusqu’à des semaines, du fait des changements hormonaux s’effectuant dans votre corps. Lorsque vous rencontrez des problèmes avec l’acceptation de l’interruption de grossesse, nous vous accompagnerons volontiers dans la recherche d’une aide psychique appropriée. Vous pouvez également prendre contact avec la FIOM, une institution qui propose des aides pour l’acceptation de l’avortement. Cliquez sur www.fiom.nl pour plus d’informations. 

  

Visite de contrôle

Trois semaines après l’intervention, vous revenez à la clinique pour un contrôle. Vous pouvez également consulter votre médecin à cet effet. Si vous consultez votre propre médecin, nous vous demandons de compléter un formulaire d’évaluation trois semaines après l’intervention et de nous le renvoyer. Cliquez ici pour le formulaire d’évaluation.

 

Remboursements

Pour les femmes qui vivent aux Pays-Bas  

Si vous vivez aux Pays-Bas, vous n’avez pas à payer pour le traitement d’avortement et les frais sont remboursés par une subvention du ministère de la Santé, du Bien-être et du Sport. À ce titre, un anonymat complet est garanti.  Votre assureur maladie n’est pas informé et vous de payez pas de franchise (contrairement à un traitement dans un hôpital).  

Afin de déterminer si vous êtes admissible pour un remboursement, nous avons besoins de votre carte d’assurance ou de la police de votre assurance maladie. Par ailleurs, nous vous demandons d’amener une pièce d’identité, comme un passeport ou un permis de conduire.  

 

Pour les femmes qui ne vivent pas aux Pays-Bas 

Si vous ne vivez pas aux Pays-Bas, vous payez vous-même les frais du traitement. Les tarifs de traitement maximum sont fixés par les pouvoir publics. Vous devez régler les frais avant le traitement. Pour les tarifs, prenez contact par téléphone avec la clinique.

Sous le bouton INFOS PRATIQUES vous sera expliqué exactement comment tout cela fonctionne, ce que vous devez amener et ce que vous devez prendre en compte.

Lorsque vous ne pouvez pas vous présenter à un rendez-vous, nous vous prions, cordialement mais fermement, de le signaler au minimum 24 heures à l’avance par téléphone !

 

Le créneau de rendez-vous libéré peut alors être attribué à quelqu’un d’autre. Si vous le souhaitez, vous pouvez convenir d’une nouvelle date de traitement avec le/la réceptionniste. 

Abortion services

Au cours d’un traitement d’avortement, la grossesse est interrompue. Gynaikon Klinieken propose les possibilités de traitement suivantes : 

 

- Pilule abortive jusqu’à 9 semaines de grossesse  

- Aspiration curetage de 5 à 13 semaines de grossesse 

- Avortement de 13 à 13 semaines de grossesse

Question et réponse

 

1. Quels sont mes choix si je suis enceinte sans le vouloir ? 

En fonction de la durée de la grossesse, les possibilités sont les suivantes :

  • Aller au terme de la grossesse et élever vous-même l’enfant 

  • Placement dans une famille d’accueil

  • Abandon pour adoption

  • Avortement 


Pour de nombreuses femmes, le choix est souvent rapidement clair, d'autres doutent. Il est préférable de sonder très attentivement vos plans et vos sentiments, pour prendre ensuite seulement la décision qui vous paraît la meilleure. Bien que vous deviez prendre vous-même la décision, il est souvent agréable de discuter de votre problème avec quelqu’un d’autre. Si vous n'y arrivez pas totalement par vous-même, vous pouvez prendre rendez-vous avec votre médecin ou auprès de notre clinique.

 

2. J’ai peur d’être enceinte après des rapports non protégés

Vous avez eu des rapports sexuels non protégés ou le préservatif a craqué ? 

Si cela s’est passé il y a moins de 3 jours, vous pouvez acheter sans ordonnance une pilule du lendemain à la pharmacie ou chez le droguiste qualifié. La pilule du lendemain ne protège pas à 100%. Si vos règles ne viennent pas à peu près au moment normal, effectuez un test de grossesse par sécurité.
Si vous avez eu des rapports sexuels non protégés il y a moins de 5 jours, vous pouvez également faire placer un stérilet cuivre dans l’utérus. Ceci permet d'éviter la grossesse (Vous pouvez éventuellement conserver le stérilet comme contraception).

 

3. Que puis-je faire si j’ai du retard ? 

Si vous avez un retard de plus d’une semaine, effectuez un test de grossesse. Vous pouvez l’obtenir à la pharmacie et auprès du droguiste qualifié. Si vous n’êtes pas sûre des résultats du test, vous pouvez effectuer à nouveau un test de grossesse, au bout d’une semaine. Éventuellement, vous pouvez également prendre un rendez-vous dans notre clinique pour un test de grossesse et/ou une échographie.

 

4. Jusqu’à combien de semaines de grossesse puis-je avoir recours à un avortement ?  

Chez Gynaikon Klinieken jusqu’à 18 semaines, calculées à partir du 1er jour des dernières règles (Aux Pays-Bas, un traitement est possible jusqu’à environ 22 semaines).

 

5. Combien de temps dure le traitement total, pré-traitement et post-traitement compris ? 

Pour une durée de grossesse jusqu’à 18 semaines, vous pouvez rentrer chez vous dans le cours de l’après-midi. En moyenne, vous restez de 3 à 6 heures dans la clinique.  

  

6. Dans quelle mesure mon poids joue un rôle dans le traitement ?  
Vous avez un risque accru lors de l’anesthésie, si vous avez un excédent ou un manque de poids important. Si vous souffrez d’un excédent ou manque de poids important, prenez contact avec nous. 

 

7. Est-ce grave si j’ai déjà subi un avortement auparavant ? 

Un avortement antérieur ne pose aucun problème physique pour le traitement. 

  

8. Comment est-effectué un traitement de l’avortement ? 

Jusqu’à 9 semaines de grossesse, vous pouvez opter pour une pilule abortive. Vous recevez un médicament avec une « hormone anti-grossesse » qui fait en sorte, dans la plupart des cas, que la grossesse ne se développe plus.  Deux jours plus tard, vous prenez, chez vous ou à la clinique, des comprimés de prostaglandine qui provoquent la contraction de l’utérus de sorte que le fœtus est rejeté. Vous pouvez également opter pour une aspiration curetage. 
 
Jusqu’à env. 13 semaines, une aspiration curetage est possible avec une anesthésie locale ou sous anesthésie générale. Le canal du col de l’utérus est anesthésié par l’intermédiaire du vagin et il est légèrement élargi. Ensuite, un tube fin est introduit et les tissus sont aspirés. Parfois, il est nécessaire que vous preniez des comprimés de prostaglandine quelques heures avant l’intervention, afin d’assouplir le col de l’utérus. 
 
À partir d’env. 13 semaines, l’orifice du col de l’utérus doit être étiré et le fœtus est retiré à l’aide d’instruments. Ensuite, l’utérus est nettoyé au moyen d’un curetage. Vous recevez des comprimés de prostaglandine une à quelques heures avant l’intervention, afin d’assouplir le col de l’utérus. 

9. Est-ce que je vais subir une anesthésie générale, une péridurale ou une anesthésie locale ? 

Une péridurale n’est pas envisagée. Pour une durée de grossesse jusqu’à 18 semaines, vous pouvez choisir entre l’anesthésie locale et l’anesthésie générale. Après une intervention sous anesthésie générale, vous ne devez pas conduire vous-même de voiture ou de moto pendant 24 heures ; pas de vélo non plus, ni de mobylette ou scooter.  

 

10. Est-ce que l’intervention fait mal ? 

Lors d’une intervention avec une anesthésie locale, vous ne dormez pas et vous ressentez ce qui est en train d’être effectué. Le degré de douleur de l’intervention sera différent pour chaque femme. Vous ressentez généralement des crampes après l’intervention. Cette sensation peut-être le mieux comparée à de fortes douleurs menstruelles. 
 
Lors d’une intervention sous anesthésie générale, un somnifère et antidouleur vous est administré par l’intermédiaire d’une aiguille dans le bras. Durant l’anesthésie, vous ne remarquez rien de l’intervention. Vous êtes réveillée immédiatement après l’intervention. Vous vous sentez encore un peu somnolente ensuite, et parfois un peu chancelante. 

 

 

11. Est-ce que mon partenaire ou la personne qui m’accompagne peut-être présent(e) lors de l’intervention ?  

Votre partenaire ou la personne qui vous accompagne ne peut pas être présent(e) lors de l’entretien et de l’examen préliminaire par le médecin. En effet le médecin va vouloir vous parler seule un moment. Lors d’intervention sous anesthésie locale jusqu’à 13 semaines, le partenaire ou la personne qui vous accompagne peut être présent(e). 

  

11. Quelles complications peuvent intervenir ? 

Le risque de complication durant ou après l’intervention est extrêmement faible et il augmente avec la durée de la grossesse. Les complications possibles peuvent être : une perte de sang excessive ou un endommagement de l’utérus. Un traitement complémentaire dans un hôpital général dans notre région, avec lequel nous avons un accord de coopération, peut s’avérer nécessaire dans ce cas (< 0,2 %). 

En outre, il peut arriver qu’une grossesse récente ne soit néanmoins pas terminée ou que des tissus résiduels soient restés dans l’utérus. Dans ce cas, le médecin peut décider qu’un traitement supplémentaire ou un curetage est nécessaire. 

  

12. À quoi dois-je faire attention dans les jours suivant l’intervention ?

Par précaution, vous recevez des antibiotiques. Si après le troisième jour vous avez une fièvre dépassant les 38 ºC, prenez contact avec nous. 
Si après l’intervention vos seins sont tendus et douloureux, vous pouvez prendre un antidouleur. Lorsque du lait s’écoule des mamelons, il est possible de freiner cette sécrétion. En raison des effets secondaires, nous ne prescrivons pas d’office ces médicaments. Prenez à cet effet contact avec votre propre médecin.  

Les deux premières semaines après l’intervention, vous ne devez pas avoir de rapports sexuels. Durant ces semaines, vous ne devez pas non plus utiliser de tampons, nager ou prendre un bais. Par contre, vous pouvez vous doucher. 

  

13. J’appréhende énormément l’avortement, d’un point de vue émotionnel. Est-ce que je peux partager mon expérience avec quelqu’un ? 
Si vous vous sentez incertaine ou si vous avez du mal à prendre une décision, vous pouvez prendre contact avec la FIOM, une institution qui propose des aides en cas de grossesse non planifiée. Pour une adresse près de chez vous, vous pouvez consulter le site Web www.fiom.nl. Le jour de l’intervention, vous pouvez discuter longuement avec une des infirmières avant l’intervention. 

  

14. Est-ce qu’un avortement a des conséquences négatives pour une grossesse ultérieure ?

En règle générale, le traitement n’a pas d’influence négative sur les grossesses ultérieures. Vous pouvez attendre les règles suivantes de 4 à 6 semaines après l’avortement. 

  

15. Pendant combien de temps après l’avortement je ne dois pas avoir de rapports sexuels ? 

Afin d’éviter les infections, vous ne devez pas avoir de rapports sexuels les deux premières semaines après l’intervention. Durant ces semaines, vous ne devez pas non plus utiliser de tampons, nager ou prendre un bais. Par contre, vous pouvez vous doucher. 

  

16. Est-ce que je peux faire placer un stérilet après le traitement d’avortement ? 

Jusqu’à une grossesse d’environ 15 semaines, vous pouvez faire placer un stérilet à l’issue du traitement/de l’intervention. Pour le tarif actuel pour la pose du stérilet, vous pouvez prendre contact avec nous. Un certain nombre d’assurances maladie couvrent les (une partie des) frais du stérilet et/ou le (une partie du) tarif pour la pose du stérilet. Pour le remboursement, prenez contact avec votre assureur.